.

Galerie de photos

Photos de l'Eglise Notre Dame, mise en lumière lors des soirées "visites spectacles"

           →  La visite en-chantée

 Photos de l'Exposition     du 11 novembre 2018



   La Vienne en guerre 14-18

Le Baigne-chat

Petit ruisseau qui traverse notre commune

 D'UNE RIVE A L'AUTRE

De bien loin je serpente à travers la campagne,

Après avoir franchi les bosquets alentours.

J'invite dans mes eaux celles de mes compagnes

Pour me faire plus belle et augmenter mon cours.

Pourtant je ne suis pas une grande rivière,

Mais j'ai un caractère et du tempérament.

J'aime vagabonder dans le flot de lumière

Ou m'étirer,sous les étoiles,simplement.

Il m'arrive souvent de me rendre invisible

Tel un tour de magie à la saison d'été ;

A ma source tarie je deviens accessible

Au promeneur tranquille errant à mes côtés.

Ne vous méprenez pas, j'ai parfois des colères

Et je sors de mon lit pour m'étendre partout.

Ce n'est pas très fréquent et jamais trop sévère,

Sans doute que cela est un de mes atouts !

Mon nom est LA PALU. Ici, dans mon village,

Je suis le « BAIGNE-CHAT », surnom évocateur.

Il chante au creux de l'onde, griffe un peu mon image,

Il ne me déplaît point et le garde en mon cœur

Pour l'emporter ailleurs vers d'autres paysages.

Ma route se poursuit jusqu'aux rives du CLAIN,

C'est là que j'accomplis mon ultime voyage

En épousant ses eaux. Ainsi va mon destin.

  • Monique PERROCHE

LA FONTAINE DU BAIGNE CHAT

(VOUZAILLES - CHAMPIGNY LE SEC)

Le Baigne-Chat, petit ruisseau dont le lit est à sec les trois quarts de l'année, prend sa source dans un vallon boisé, à la limite des communes de Vouzailles et de Champigny le sec. Remontant vers le nord, il contourne la Rondelle et longe le bourg de Champigny. Peu après, il change de nom et devient la Liaigre.

La Fontaine qui l'alimente n'est plus, en cet été 1976 qu'un vaste trou, profond et vaseux, dans lequel tentent malgré tout de survivre quelques malheureux pieds de cresson. Autrefois la source coulait toute l'année, et les laveuses s'y donnaient rendez-vous, car il y avait même un lavoir.

Une légende qui ressemble étrangement à celle de la fontaine de Ringère est bien connue dans les villages environnants. Certaines personnes ont vu une belle dame blanche rôdant près de la source et des paysans attardés, qui passaient par-là à la nuit tombante, ont entendu des coups de battoir. Une nuit particulièrement sombre, une calèche circulant sur le chemin longeant la fausse disparue avec ses occupants dans les profondeurs du gouffre. On ne les revit jamais.

De vieilles femmes disent encore aujourd'hui que, par les nuits sans lune, des chuchotements se font entendre. Ce sont des Esprits ou l'âme des disparus qui reviendrait pour implorer les vivants.