NOS DEUX COMMUNES

CHAMPIGNY LE SEC

 Petite commune rurale du Mirebalais, autrefois frontière entre le Poitou et l'Anjou, constituée en 1790, lors de la réorganisation de la France par l'Assemblée Constitutante, et dont les origines historiques apparaissent pour la 1ère fois en l'an 913 sous le nom de Villa Campaniacus. Commune qui s'est ensuite agrandie et enrichie en 1819, par l'adhésion du territoire de la Commune de Liaigues (Lata Aqua en 1097 puis Lieaygue en 1300).

En vous y attardant quelques instants, Champigny-le-Sec vous dévoilera ses charmes, entre autres le Dolmen de Fontenaille (près du Village des Rochelles), seul dolmen encore digne de ce nom sur les cinq répertoriés de la commune; monument qui témoigne du séjour par l'homme sur la commune, en nombre important à l'époque préhistorique.

Vous y apprécierez la richesse architecturale de son église romane datant de la 1ère moitié du 12ème siècle, initialement nommée «Eclesia de Campigniaco» vers l'an 1300, puis Notre Dame de Champigny-le-Sec à partir de 1782.

Vous y découvrirez la richesse de sa vie administrative, agricole, commerciale, artisanale, culturelle et associative, héritage d'un riche passé historique, où les évènements, parfois tumultueux, qui ont façonné son histoire, et les hommes de tempérament qui l'ont dirigée, notamment dans la seconde moitié du 19ème siècle, lui ont permis d'être connue et reconnue bien au-delà des frontières du Poitou.

Au fil de votre découverte, vous vous laisserez porter par le courant léger et paisible du «Baigne-Chat», qui traverse la commune de sud-ouest en nord-est, alimenté au passage par la source du Puits Fonds et la Fontaine de Gely, pour devenir «La Liaigue» à partir du Village de Puzé et se jeter ensuite dans la rivière «La Palu»; notre baigne-chat, joli petit ruisseau fourmillant naguère d'écrevisses, dont le charme originel a su être préservé en dépit des remembrements agricoles successifs.

Alors si, comme je l'espère, cette visite virtuelle vous donne envie de passer au réel, n'hésitez pas une seconde et soyez assurés que Champigny-le-Sec saura vous accueillir avec la chaleur et la convivialité qui caractérisent sa population.

Le Maire de la commune de Champigny Le Sec

Daniel MEUNIER

LE ROCHEREAU

église Saint Vincent
église Saint Vincent

Jusqu'en 1844 la commune du Rochereau n'existait pas, c'était un hameau rattaché à la commune de Frozes.

En avril 1844 les habitants des hameaux du Rochereau, de Liniers et de La Rondelle rédigent une pétition signée par près de mille habitants par laquelle ils demandent à se constituer en commune autonome.

Le 15 juillet 1845 le conseil municipal de Frozes entend leurs arguments et vote à l'unanimité la création de la nouvelle commune, effective au 1er Janvier 1846

Depuis cette époque le hameau de la Rondelle est divisé sur les deux communes selon un découpage curieux puisque certaines maisons se trouvent, une partie sur Le Rochereau et une autre partie sur Champigny.

Mais une partie de Liniers est encore rattachée à la commune de Charrais. Le rattachement à la commune du Rochereau sera effectif en 1952.

Tout au long du 20ème siècle, il y eut bien quelques tentatives des conseils municipaux pour regrouper les deux communes mais sans jamais aboutir.



Champigny le Sec et Liesgues au XVIII ème siècle

De Félix JARASSE Maire de Champigny le Sec (1845 à 1850 et 1870 à 1871)

"Il y a dans une partie de l'ancienne province du Poitou, une toute petite commune bien obscure, bien ignorée, qui s'appelle Champigny le sec. A ce nom chacun va s'imaginer que le triste pays qui le porte est aussi aride et brûlant que le sable du désert, aussi ingrat et stérile, aussi nu que le rocher dont il est question dans l'évangile, qu'on se détrompe ce serait là une grave erreur. La preuve c'est que Champigny tout qualifié de sec qu'il soit n'en a pas moins le rare avantage de posséder au dépit de vingt localités voisines, de posséder un fleuve.

Ce fleuve imposant, ce Nil indigent, ce Danube immense, ce Tage au cours enchanté, aux rives fleuries, c'est l'original ruisseau du Baigne-chat, frêle et douce créature, tendre et pieux enfant que le sein de la mère patrie voit naître et mourir. A peine échappé du berceau, il va s'ensevelir dans la tombe, car à quelques pas seulement de sa source anodine, il rencontre le lit mystérieux d'une autre source timide, inconstante comme la sienne, c'est la fontaine de Liaigues seconde providence de la contrée.

Champigny-le-sec n'est pas le moins du monde ce vilain spectre décharné, ce squelette calciné entre tous les squelettes calcaires ; il n'a rien de cet aspect sombre, misérable, monotone, que semble lui assigné son nom. Ce titre de Sec, Champigny le doit à l'exquise qualité de ses vignobles.

Champigny-le-sec ! C'est le Médoc du Poitou ! C'est la terre classique du nectar, la coupe intarissable de la gaieté, de la félicité, de l'ivresse. Aussi, comme les espagnols parlant de Séville, je peux, sans craindre le haro, je peux m'écrier dans mon enthousiasme :  Qui a bu du Château-Margaux n'a rien bu, s'il n'a bu du Château-Fromage !!!"


* Avant le phylloxéra, Champigny comptait 500 hectares de vignes

Blason de la famille "De Ferrières"

          Liste des maires de Champigny le Sec, de Liaigues et du Rochereau ;    ainsi que des ouvrages littéraires sur la commune de Champigny le Sec