Patrimoine historique et culturel de la commune




Eglise Notre-Dame

La fondation de l'église Notre-Dame date du XIIème siècle. Toutefois la première trace écrite de l'église de Champigny le Sec "éclesia de champigniaco" ne date que des environs de 1300. Agrandi et remanié dans les années 1850, l'édifice conserve un ensemble de beaux chapiteaux romans qui témoignent de ses origines anciennes.                                                                                                                                                                            Le porche d'entrée remonte aux derniers agrandissements du XIXème siècle.                                                  L'élégant clocher montre à l'extérieur un étage percé de baies romanes jumelées surmontées d'un arc de décharge légèrement brisé. La cloche "Marie" remonte à 1676, mais endommagée à maintes reprises, elle a du être refondue successivement en 1777, puis en 1846.                                                                                                    L'horloge a été installé en 1848 par son maire, hautement célèbre, Félix Jarassé.

A l'entrée de l'absidiole de droite se dressent deux puissantes colonnes                                                                                  surmontées de chapiteaux romans du XIIème siècle. Celui de gauche,                                                                            montre aux angles, deux griffons à tête humaine encadrant deux têtes                                                                        d'oiseaux au centre.

                                                                                                     On peut aussi y admirer une Vierge à l'enfant du XVIIIème siècle                                                                                                        et une série de statues d'apôtres. Le tableau de Saint Philibert                                                                                                            provient de l'ancienne église de Liaigues ruinée après la                                                                                                                    révolution.

Mécanisme de l'horloge à sonnerie répétée de l'église, visible dans le hall de la mairie. 

Théâtre de verdure

Magnifique cèdre plus que centenaire, planté dans le puits de sa propriété rue de la Paix. 

Aire de loisirs

Après l'acquisition d'une quarantaine de petites parcelles qui constituaient le site, le conseil municipal de l'époque a décidé d'aménager une aire de loisirs avec un petit étang, des jeux pour enfants, des terrains de jeux réservés à la pétanque et autres, ainsi qu'un lieu pour le pique-nique. De nombreuses manifestations festives ont lieu sur le site.

La fontaine de Gely (achetée par la commune en 1868) est une source naturelle qui alimente un lavoir public à deux bassins murés et pavés. Autrefois les lavandières venaient y laver leur linge ou rincer celui qui venait de passer à la buée. Cet endroit est alimenté par plusieurs canaux parallèles au Baigne-Chat, où était mis à rouir le chanvre notamment.

La source du Puits Fonds, quant à elle, provient d'une nappe phréatique souterraine sous pression. Un lavoir couvert autrefois jouxtait ce bassin. Cette source servait de viviers (brochets, carpes et tanches) . La fontaine et la source constituent un ensemble architectural remarquable, en état de conservation.

Dolmen de Fontenaille

Le dolmen de Fontenaille aussi appelé pierre de Liaigues ou dolmen des Rochelles, est un dolmen situé sur le territoire de Champigny en Rochereau. 

Avec les autres dolmens voisins de Bel Air et du Clos du renard, désormais disparus, l'ensemble est parfois mentionné comme les cinq pierres de Liaigues. 

Lors de fouilles menées en 1838, des ossements humains, correspondant à quatre adultes, deux adolescents et deux enfants, ainsi que des fragments de couleur noire furent retrouvés.                                                                                                                                                                                                                        Le dolmen se compose d'une table de couverture de 3 m de long sur 2,50 m de large, inclinée vers l'ouest et reposant sur trois orthostates de 1,50 de large pour 1,25 m de haut. D'autres blocs gisent autour de l'édifice. Tous les blocs sont en grès. 

Le mot "dolmen" viendrait du breton "toal" qui signifie table et "maen" signifiant pierre.

Dans leur état actuel, les dolmens se présentent sous l'apparence de simples tables. Ils ont longtemps pu faire penser à des autels païens, mais il s'agit bien de chambres sépulcrales et de galeries de tumulus (buttes artificielles) , dont la partie meuble (remblai) a été érodée au cours des sicles.

L'Outarde canepetière  (espèce protégée) 

Le baudet du Poitou, petite peluche de notre région.

Le Bruant ortolan (espèce protégée) 

Le four à pain

Le four à pain date de 1800. Longtemps caché derrière des planches, il fut découvert par ses derniers propriétaires. La commune, désireuse de conserver son patrimoine, a fait l'acquisition du bâtiment. Installé pour les besoins des habitants des Courances, le four à pain banal était utilisé par la communauté du quartier. A tour de rôle, les tâches se répartissaient entre les hommes qui chauffaient et enfournaient, et les femmes, qui fabriquaient la pâte. La cuisson du pain achevée, le four était assez chaud pour cuire volailles, pâtés, rôtis, tartes...                                                                Le four en parfait état de fonctionnement est encore mis en service à la Saint Honoré.

La buée

Placées de part et d'autre d'un foyer chauffé au bois, les deux ponnes en terre cuite vernissée, étaient remplies par des couches successives de linge et de cendre tamisée retenue dans des toiles de jute. Les lavandières y ajoutaient quelques copeaux de savon et déversaient sur le linge une eau bouillante qui traversait les couches et s'écoulait dans la marmite du foyer, et ainsi, être à nouveau chauffée. Cette grosse lessive n'était pratiquée que deux fois par an, particulièrement, pour les draps.                                La commune a acquis cette "laverie" qui date de 1760, en même temps que le four à pain.

Dolmen de la Bie

Le dolmen de la Bie, appelé aussi pierre levée de la dehors ou pierre de la pie ou encore pierre de l'Abbie, est situé sur le territoire de la commune.                                                                                                                                                                                                                   A l'origine il comprenait peut être un péristalithe. Toutes les dalles sont en grès. La monumentale table de couverture mesure 6,40 m de long sur 5 m de large. Elle reposait encore sur six orthostates en 1968, mais il n'en reste désormais plus que trois, dont deux encore debout délimitant l'angle ouest de la chambre. Ils mesurent respectivement 1,75 m et 1,50 m de long pour 1,40 m et 1,30 m de hauteur, avec une épaisseur moyenne comprise entre 0,30 et 0,50 m. Les autres blocs gisant épars au sol correspondent probablement à des débris des autres piliers.                                                                                                            Un dolmen - dont le nom viendrait du breton "toal" qui signifie table et "maen" signifiant pierre - est un monument mégalithique constitué d'une ou plusieurs dalles de couverture posées sur des pierres verticales qui lui servent de pieds. Le tout était originellement recouvert, maintenu et protégé par un amas de pierres et de terre nommé tumulus.

Ancienne école du Rochereau

Eglise Saint Vincent

L'église Saint Vincent, financée par une souscription locale, est construite dans les années 1879 - 1880.    Le 22 décembre 1911 l'église est dévastée par un cyclone. Elle est restaurée et on lui adjoint, alors, l'abside.  En 1962, le clocher de style moderne, sera ajouté à l'édifice. La même année, deux nouvelles cloches Madeleine et Lucile, viennent rejoindre la cloche nommée Sophie.                                                    A l'intérieur est installée une tribune en bois.

L'autel est orné de trois scènes, encadrés par des colonnettes,  qui accentuent la symétrie de la structure.

                                                                                                    

Sur le vitrail de gauche, dans l'abside, est représenté Saint Vincent, diacre et martyr, saint patron de l'église et des vignerons.

Aires de loisirs et jeux pour nos jeunes

Aire de jeux

City stade

Aire de jeux